• Anne LEROY

Abkhazie


Situé entre les monts du Caucase et les rives orientales de la mer Noire,
l’Abkhazie est un petit territoire de facto indépendant. Le conflit qui l’opposa à la Géorgie à partir du 14 août 1992 se solda par la sécession de la région en septembre 1993 et le départ forcé de 250 000 Géorgiens. Aujourd’hui, c’est un lieu de conflit froid partiellement débarrassé des vestiges d’une guerre passée, un lieu de secrets enfouis et préservés.

A l’occasion de mon premier voyage en Géorgie, j’ai rencontré des familles de réfugiés issus des vagues de déplacement de 1992-93 encore installés dans des locaux délabrés ou des abris de fortune. Pour eux, l’Abkhazie est un territoire interdit, un objet de fantasme, de colère aussi parfois. Parallèlement, j’ai commencé à voyager en Abkhazie. Jadis convoité pour la douceur de son climat, ses eucalyptus et ses mandariniers, sa langueur de bord de mer et ses sanatoriums, le pays est maintenu sous perfusion par la Fédération de Russie. Dans ce décor de guerre datée, l’avenir des jeunes est incertain et les nationalismes toujours plus exacerbés.

Anne LEROY

Après mes études à l’ENS Louis Lumière, j’ai voyagé pendant une année à travers les Balkans, la Turquie, le Caucase, l’Iran, l’Asie Centrale et enfin, l’Inde. À mon retour, je me suis installée à Bordeaux.

Aujourd’hui, en parallèle de mes commandes pour la presse (Le Monde, M, Libération, Les Inrocks, Causette, IDEAT), je réalise des travaux documentaires en France et à l’étranger. Je suis représentée par Picturetank depuis 2015.

Ma démarche photographique interroge les hommes et les territoires. Ses supports sont les espaces qu’ils investissent, s’approprient et abandonnent. Mon travail aborde aussi l’identité et la mémoire au travers des histoires individuelles et collectives.

Mes séries ont été exposées dans des festivals et des galeries (la Nuit de l’année des Rencontres d’Arles, Itinéraires des photographes voyageurs à Bordeaux, galerie du Carré Amelot à La Rochelle, galerie du Pilori à Niort, ...).

J’ai également réalisé deux résidences d’artiste, à Niort en 2012 et à Surgères en 2014-2015, avec le CACP Villa Pérochon.