• Clémence ELMAN

La Fin des Voyages

La Fin des Voyages est une série qui interroge les notions d’exotisme et de voyage, ainsi que leur représentation en photographie.

Je reviens dans le jardin familial et l’environnement bourgeois dans lequel j’ai grandi, dans le Sud-ouest de la France. Je prends, comme point de départ, le rapport entretenu par les membres de ma famille avec l’Ailleurs, des références de l’histoire de l’art occidental et des souvenirs d’enfance immortalisés par les archives photographiques familiales.

Sous la forme d’un docu-fiction, les photos questionnent, de manière plus large, les représentations complexes de cet Ailleurs exotisé et érotisé, dans lequel les problématiques de réappropriation culturelle et de domination sont sous-jacentes, à travers notamment les accessoires, les motifs, les couleurs et les poses utilisés. Les mises en scène que j’élabore soulèvent, par extension d’autres sujets telle que la modernité, la société de consommation, l’inspiration des motifs empruntés à la nature par l’industrie, le kitsch, le débat inépuisable de l’opposition entre culture et nature. Par ailleurs, mon procédé photographique m’amène également à penser l’acte photographique lui-même, en utilisant la mise en abîme le détournement d’objets du quotidien et la végétation périssable.

Cette série est concomitante avec mon mémoire de fin d’étude achevé cette année portant sur La Jungle. Construction, représentation et existence d’un territoire de dominations, une recherche théorique et visuelle sur la problématique de l’exotisme.

C’est avec une certaine bienveillance et un certain humour que je choisis de mettre en scène mes proches dans ce travail photographique qui traite également de la famille et des relations que j’entretiens avec cette dernière.

Clémence ELMAN

Née en 1992 à Paris, Clémence Elman a passé son enfance à Pau. En 2015, elle sort diplômée de Sciences Po Toulouse et s’installe à Berlin, où elle commence des études de photographie, à la Neue Schule Für Fotografie. À la suite de cela, elle intègre l’Ecole nationale supérieure de la photographie, dont elle est diplômée en juin 2020.

Elle travaille sur la question de l’histoire familiale, de la construction de l’identité, de notre rapport à l’« Autre » - notamment à travers la question de l’exotisme - et de la représentation de ces thématiques en photographie. Sous la forme du documentaire-fiction photographique, elle construit des narrations dans lesquelles elle questionne les frontières entre réel et imaginaire.

Clémence Elman fait partie des photographes sélectionné·e·s pour la 35ème édition du Festival de mode, photographie et accessoires de mode de Hyères, pour le Athens Photo Festival et le Prix Maison Blanche 2020. Elle est lauréate du Prix Dior de la photographie des arts visuels pour jeunes talents 2021.