ManifestO 2020

Jean Christian BOURCART est l’invité de la 18ème édition du festival


Comment aborder un éditorial en ces temps de confinement mondial alors même que nous n’aurions pu imaginer que cela fût possible. Comment ne pas avoir une pensée, d’abord bien sûr, pour les victimes du coronavirus mais aussi pour tous les projets culturels qui ont été pour la plupart annulés, je pense en particulier à tous les festivals dont la mission est de promouvoir la photographie et ses auteurs : L’œil Urbain, Itinéraires des Photographes Voyageurs, le Printemps Photographique de Pomerol, les Boutographies, Images Singulières, MAP, Les Rencontres d’Arles, l’Eté photographique de Lectoure et tant d’autres.


ManifestO devrait avoir lieu, si collectivement nous arrivons à venir à bout de ce virus.


Jean-Christian Bourcart, dans sa pratique photographique, le choix de ses sujets, nous montre qu’il est ancré dans ce siècle de tous les bouleversements. Ses tourments intérieurs, il les verbalise par l’écrit, les fige par la photographie, les anime par la vidéo. Sa pratique artistique est multiple, complexe, comme l’esprit qui habite son corps dont l’enveloppe même est source de questionnement.
Le résultat de ce travail est une œuvre d’une grande humanité, au plus près de l’autre et accessible au plus grand nombre. Très vite, Jean-Christian Bourcart a su se libérer des contraintes imposées par les impératifs de la presse et des agences pour qui il travaillait à ses débuts, pour nous proposer une photographie et une démarche artistique affirmée, parfois décalée et souvent non conformiste.


Sélectionnés par le jury présidé par JC Bourcart et constitué de Valérie Mazouin, Florence Drouhet Claude Belime et ManifestO, les lauréats de cette édition 2020 sont :
Jean-Pierre Angei, Frédéric Bourcier, Patrick Cockpit, Axelle de Russé, Philippe Fourcade, Matilda Holloway, Nathalie Lescuyer, Laure Maugeais, Odile Meylan, Abdul Saboor, Eric Supiot, Ugo Woatzi. Ils auront à coeur de confronter leur vision à l’ensemble des travaux exposés.

A l’honneur également les photographies de Marine Lecuyer, Hervé Baudat, Olivier Papegnies et le Grand Prix de l’ETPA, si toutefois la situation en permet l’attribution cette année dans les délais.

Jacques Sierpinski